ANDRÉ CECCARELLI

Coup de cœur du programmateur

André Ceccarelli, parrain du festival, a réuni un plateau de rêve pour ce concert autour de l’accordéon brillant de Vincent Peirani : Emile Parisien au saxophone et Michel Benita à la contrebasse. Vincent Peirani a été élu artiste de l’année aux Victoires du Jazz 2015.

Une fête du Jazz à toute heure, sous le signe de l’amitié, et de l'incandescence musicale : une promesse de swing endiablé ! C'est un véritable tour du monde des musiques qui sera proposé avec un seul mot d'ordre : le plaisir et la joie de se retrouver  tous ensemble pour partager un moment unique.


 

Vendredi 24 mars

ANDRÉ CECCARELLI

VINCENT PEIRANI

EMILE PARISIEN

MICHEL BENITA

20h30 - 27€
Saint-Rémy-lès-Chevreuse 

Espace Jean Racine - Rue Ditte

Concert Club

André Ceccarelli

"Le tempo, fiston, garde le tempo !". Ce conseil que lui donnait son père, André Ceccarelli l’a toujours en mémoire. Mieux, il le connaît sur le bout des doigts. A la soixantaine, Dédé dégage toujours la joie de jouer qui habitait le jeune batteur montant à Paris pour faire ses premières armes.

Son style, sa sensibilité, son magnifique touché tout en finesse, son jeu qui respire la liberté et l’inventivité en font l’un des meilleurs batteurs du monde.

Vincent Peirani

Après des études de musique classique en accordéon et en clarinette puis de nombreux prix et récompenses internationaux, Vincent Peirani s’oriente vers le jazz et les musiques improvisées en faisant ses classes au CNSM de Paris dans le département jazz. Révélé lors du concours de Jazz de la Défense en 2003, il commence à se produire aux côtés de nombreux musiciens de jazz mais aussi dans la chanson, la world musique et la musique classique.

Emile Parisien

Émile Parisien est un saxophoniste soprano et alto, musicien et compositeur de jazz. Il entre à l'âge de onze ans en classe de cinquième dans la première promotion du Collège de jazz de Marciac, où il étudie la musique auprès de musiciens confirmés comme Pierre Boussaguet, Guy Lafitte et Christian "Tonton" Salut.

À partir de 1996, il approfondit son enseignement au conservatoire de Toulouse, où il étudie également la musique classique et la musique contemporaine. Au cours de ces années, il a l'occasion de se produire aux côtés de grandes figures du jazz comme Wynton Marsalis, Christian McBride, Johnny Griffin ou Bobby Hutcherson, pendant le festival Jazz in Marciac.

« S'il joue, il n'a jamais la posture convenue des saxophonistes. Il cherche le son exact, le souffle, la colonne d'air, sans trafic : sur la pointe des pieds, comme peignait Picasso, plié vers le micro en style de grue, de héron, de flamand rose ou de musique à venir, et toujours il produit la différence. Le chorus qu'on n'attend pas. La joie du bal ou de l'expérience. … Emile Parisien est la meilleure nouvelle du jazz européen depuis longtemps. »

Michel Benita

Dans le paysage du jazz européen, Michel Benita n’est ni le plus véhément, ni le plus envahissant des contrebassistes. La discrétion est dans sa nature, l’efficacité aussi. Certains parlent de droiture à son égard. Michel Benita n’a envisagé de vivre de son talent que lorsqu’il a atteint la vingtaine. Installé à Paris au début des années 1980, il a dès lors tout fait pour se rattraper, et comme souvent chez ceux qui sont venus à la musique sur le tard, son investissement l’a conduit à multiplier les expériences et à trimballer son instrument auprès de tous ceux qui faisaient appel à ses services. 

Le nom des jazzmen auprès desquels il a apporté sa contrebasse dans ces années forme un Who’s Who du jazz qui se joue alors en France, où les légendes américaines (Lee Konitz, Horace Parlan, Archie Shepp) côtoient les valeurs sûres européennes (Daniel Humair, Bobo Stenson, Enrico Pieranunzi). Où les futurs amis de toujours (Peter Erskine, Nguyên Lê, Aldo Romano, Antoine Hervé) se mêlent aux gigs d’un soir avec des musiciens de passage.

 

Le projet

L'un des duos les plus plébiscités de l’Hexagone. La rencontre ludique, complice et rieuse d’un saxophoniste lutin qui a fait du soprano son instrument de prédilection, mutin et incisif, et d’un accordéoniste géant qui a transporté son piano à bretelles au XXIe siècle : Emile Parisien et Vincent Peirani s’amusent à faire de la musique, en amis qu’ils sont dans la vie. Et pour jazz à toute heure, André Ceccarelli a invité ce duo magique à jouer avec lui et avec Michel Benita. On sait déjà que ce sera grandiose, comme à chaque fois avec notre parrain adoré.