ANDRÉ MANOUKIAN

Coup de cœur du programmateur

La rencontre. Elle a déjà eu lieu puisqu’André est venu jouer avec China Moses lors d’une précédente édition du festival. Et cette rencontre nous a marqués. D’abord le talent du pianiste, puis la complicité qu’il installe, peut-être même malgré lui, avec son interlocuteur et évidemment avec son public. André, on a l’impression que c’est un ami de … au moins. On l’écoute jouer, on l’écoute parler, on l’écoute expliquer, on l’écoute encore, et on en redemande.

 

Samedi 11 mars

ANDRÉ MANOUKIAN

QUARTET

21h00 - 29€
Gif-sur-Yvette 

Salle de la Terrasse - Avenue de la terrasse

Salle en gradins

André Manoukian

Né en 1957 à Lyon de parents arméniens, André se passionne pour le piano dès l'âge de 6 ans. D’abord étudiant en médecine, il part étudier la musique à la Berklee School of Music de Boston. À son retour en France, il fonde le groupe Horn Stuff. En 1983, il découvre la chanteuse Liane Foly pour laquelle il crée les premiers succès (Au fur et à mesure, Doucement), puis collabore avec Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Diane Dufresne, Nicole Croisille, Natacha Atlas, Janet Jackson, Camille Bazbaz et Malia.

André est bien connu du grand public pour sa participation, en tant que juré de la Nouvelle Star (M6), exprimant avec bonheur une personnalité « poète » et « philosophe psycho-érotico-cosmique ».

Pygmalion et musicien hyper sensible, André Manoukian est avant tout un pianiste de jazz ouvert aux influences. Longtemps, il n’a entendu dans la mélancolie que complainte et pathos. Il lui fallait gratter le vernis pour voir les éclats d’âme de ce mode typique, à la fois majeur et mineur, qui irrigue tout le chant du terroir arménien.

Le projet

Après son voyage en Mélanchologie, c’est du côté festif de l’Arménie de ses ancêtres qu’ André Manoukian dirige désormais sa nef. Les rythmes ‘’à la turque’’ des tambours du Caucase sur des textures sonores mélangeant des couches de piano aux chants d’un passé rêvé soutiennent ses explorations.

Cet Orient retrouvé, où les modes (mughams) exprimaient les sentiments que les conventions n’autorisaient pas, était riche de tous les peuples qui s’étalent de la mer Caspienne jusqu’à la Méditerranée, à travers lesquels la musique n’a jamais cessé de circuler.

C’est avec jubilation que Manoukian, aidé de son équipage cosmopolite reprend cette route de la musique qui explose les  frontières géographiques et mentales. 100 après, c’était … URGENT !