top of page
Brooklyn Funk Essentials .jpg

BROOKLYN FUNK ESSENTIALS

Samedi 8 avril à 20h30

Espace Jean-Racine
Rue Ditte
78470 Saint-Rémy-lès-Chevreuse

  • Facebook
  • Instagram
  • Youtube
  • Spotify
  • Apple Musique
  • Gazouillement
  • Soundcloud

Aussi disponible en Billet Combo
avec Ana Popovic

Depuis sa création en 1993, le groupe Brooklyn Funk Essentials ne cesse de transmettre son énergie au public du monde entier. La force de ce collectif d'artistes (chanteurs et/ou musiciens) réside dans sa capacité à mélanger la soul, le jazz, le latino ou encore la House, pour créer des sonorités Funk au groove déconcertant. 

À travers une carrière qui s’étend sur 28 ans, Brooklyn Funk Essentials s’est imposé comme un projet audacieux mêlant soul, hip hop, spoken word, jazz et, bien sûr, funk.

Après l’enregistrement de six albums studio, les Essentials se sont fait un nom en tant qu’artistes absolument électriques, exaltant leur fidèle fan base grâce à leurs performances à travers tous les continents.

Fondé au début des années 90 par Arthur Baker et Lati Kronlund, les Brooklyn Funk Essentials fascinent les habitués de la scène des clubs de New York dès leur premier album, « Cool & Steady & Easy ». Produits par les pionniers du funk et de l’électronique, Dorado Records, l’album est une combinaison de funk classique brut, de lignes de basse entraînante, avec une touche de hip hop.

L’album est un succès immédiat aux États-Unis et les titres « Take The L Train » et « Big Apple Boogaloo » deviennent les favoris des DJ, tandis que leur version de Pharoah, le classique de Sanders et Leon Thomas « The Creator Has A Master Plan », a atteint le top 20 des charts.

Le succès de l’album assure de nombreuses tournées internationales au groupe. Une tournée en Turquie, en 1996, permet au groupe d’enregistrer son deuxième album, In The BuzzBag Istanbul, une collaboration avec le groupe folklorique turko-romain Laço Tayfa, dirigé par une jeune clarinette virtuose Hüsnü Senlendirici. Le projet introduisait des rythmes et des instruments turcs complexes dans la palette sonore déjà étendue des Essentials, ce qui leur valut une nomination aux Grammy awards. La chanson « Istanbul Twilight » est choisie comme thème du film à succès « In July » de Fatih Akin.

Avec leur troisième album, «Make Them Like It’, en 2000, toujours sur Dorado Records, Brooklyn Funk Essentials est de retour sur son terrain avec un son funk-disco-jazz. Il livre des classiques tels que l’incongru punk-funk « I Got Cash », le boogie/disco/dub « Date With Baby » ou le jam ragga-boogaloo « Mambo Con Dancehall ». Partageant la scène avec des géants comme James Brown, Parliament-Funkadelic, The Fugees, The Meters et Erykah Badu, le groupe tourne en 2000 et 2001, et termine par un concert au Festival des Vieille Charrues, où il joue devant 80 000 personnes !

« Watcha Playin » sort en 2008 sur Comet Records, marquant la fin de la pause de cinq ans du groupe après le 11 septembre. Avec des titres comme « Dance-Free Night », « The Park » et « Need » le groupe explore des grooves profonds et des arrangements vocaux complexes, avec Hüsnü Senlendirici et la vedette du rai tunisien Amina Annabi.

Vingt ans après la sortie américaine de leur premier album, les Brooklyn Funk Essentials sortent «Funk Are 't Ova » sur Dorado Records, en 2015, ce qui s’avérera être leur sortie la plus réussie. Le single « Dance Or Die » accumule rapidement plus de 2 millions de lectures sur les services de streaming. Enregistré à Brooklyn, l’album met en vedette la plupart des membres originaux du groupe, alors que le noyau du groupe vit en Europe à ce moment-là. Lors de la tournée de lancement de « Funk Ain’t Ova », les Brooklyn Funk Essentials sont rejoints par la chanteuse soul britannique Alison Limerick, pour qui le leader du groupe, Lati Kronlund, avait écrit et produit "Where Love Lives" au début des années 90.

Lorsque le chanteur original du groupe, Papa Dee, quitte le groupe en 2016, Limerick devient le nouveau chanteur principal avec le chanteur et guitariste de longue date Desmond Foster. L’album « Stay Good » est enregistré en 2018 à Stockholm, en Suède, et à Birmingham, au Royaume-Uni. L’album sort dans le monde entier en septembre 2019. Grâce aux singles « No Strings », « Ain’t Nothing », « Watcha Want From Me » et « Funk Ain’t Ova », l’album enregistre plus d’un million de lectures en streaming durant les trois premières semaines.

Sur « Stay Good », le groupe choisit de travailler en studio comme sur scène, et de réduire au minimum les apparitions d’invités, à l’exception du magicien du vibraphone Roy Ayers apparaissant sur le slo-jam «Breeze On Me ». L’album se termine avec la version Brooklyn Funk Essentials de « Where Love Lives » dont Mo Bangles dira : « Brooklyn Funk Essentials prouve une fois de plus qu’il faut de l’inventivité, de la liberté, pour transformer la musique, et il se trouve que nous sommes les meilleurs dans ce domaine. »

Toutes les tournées en 2020 ont été annulées ou reportées en raison de la pandémie, mais le groupe a réussi à être de retour sur la route en 2021 pour plusieurs dates européennes dont un concert à Jazz à Vienne en France et en ouverture de Kool & The Gang à Jazz in Marciac.

L’arrivée d’un nouveau membre du groupe, Ebba Åsman au trombone, ainsi que le retour du clavier magicien Kristoffer Wallman, ont renforcé l’énergie du groupe.

Brooklyn Funk Essentials a commencé 2022 en enregistrant des chansons pour un nouvel album attendu avec impatience par les fans.


Références
Si vous aimez Georges Benson, Bobby Womack, Marvin Gaye, The Temptations, James Brown, The Fugees, George Michael, ...

Brooklyn Funk Essentials 1.jpg

Alison Limerick : Lead vocals

Desmond Foster : Guitar and lead vocals

Lati Kronlund : Bass

Hux Nettermalm : Drums

Ebba Åsman : Trombone and vocals

Kristoffer Wallman : Keyboards

Sven Andersson : Saxophone

bottom of page